Messages reçus  au fil des jours…

   

Le jeu des contraires.

Quel est le contraire du doute ? 
La foi et la foi vient de ce qu’on croit et non de ce qu’on voit. (Marc 11, 24)

Quel est le contraire de la crainte ?
L’amour car Lui seul bannit la crainte. (1 Jean 4, 18)

Ne laissez pas vos pensées enflammer vos passions pour telle personnalité politique sans d’abord avoir prié. Puis posez-vous la question, mon empressement est–il le résultat d’une crainte, d’inquiétudes diverses ?

Si oui alors repentons–nous car cela signifie que nous sommes loin, très loin de l’amour et quand je dis « amour », vous savez tous qu’il s’agit d’un amour divin, d’un amour agissant avec puissance.

Quel est le contraire de l’orgueil ? 
L’obéissance est le contraire de l’orgueil !

Et si je regarde bien la parole de Dieu, l’orgueil enfle le cœur. (2 Timothée 3-4)

Un cœur tout enflé, tout gonflé ?

Vous regardez une caricature de la grenouille qui veut devenir aussi grosse que le bœuf et vous avez une représentation de ce gonflage.

Allez jusqu’au bout, la fin de la grenouille, c’est l’explosion. 
A qui obéissons–nous ? Quelle persévérance savons–nous mettre en place ?
Nos dirigeants ont–ils le syndrome du sur-gonflage ?
Prions pour eux avec ardeur je vous le dis…
 

Ah oui, untel a raison, telle personnalité politique exprime ce que je pense, il a raison, ce qu’il dit ou propose me semble juste…

Peut–être mais ce qui me semble « juste » est–ce justice de Dieu ?

Si je dis que l’idée ou le programme de telle personnalité me semble « juste « est-ce que je vais obéir et respecter en toutes circonstances ce qu’il aura mis en place par telle loi ou telle réforme ? »

Est-ce que je vais prier pour cette personnalité là, la bénir au lieu de la critiquer ?

 

 Fin du message

Pascale