AU DIEU DU GRAND DESIR

 

 


Toi qui as tant désiré l’être humain

                             Au point de le créer à ton image libre et responsable

                             Au point de te livrer à lui sans aucune retenue

                             Au point de faire fi de ta toute puissance

                             Au point de devenir le Dieu du faible et du petit,

 

                            Comment ne pas te désirer à mon tour

                            Même si je suis parfois un pâle reflet de ta présence

                            Même si je n’ai pas encore tout donné

                            de mes biens et de mes compétences

                            Même si je crois encore pouvoir changer le monde

                            de mes propres mains

                            Même si je m’appelle « vainqueur »  (Vincent)

                            alors que tu m’as vaincu dans le combat nocturne de Jacob

 

                                                                                                  Vincent, omi
                                                                                
Trappe de Tamié le 4 juillet 1997