Notre Saint Père nous parle : l'année du Rosaire

 

 

OCTOBRE 2002 à OCTOBRE 2003


"En rendant grâce à Dieu pour mes vingt-quatre années de service à l'Eglise sur le Siège de Pierre, je veux redire aujourd'hui ces paroles : "Totus tuus, Maria ! Totus tuus ! Amen". A cette Mère très pure, j'ai confié ce nouveau millénaire, et je veux témoigner de cette confiance par deux gestes symboliques : je publie un document consacré à la prière du Rosaire, Rosarium Virginis Mariae, et je proclame une "Année du Rosaire", qui ira d'octobre 2002 à octobre 2003"

 

"Réciter le Rosaire n'est rien d'autre que contempler avec Marie le visage du Christ. [...] Je désire que, tout au long de l'année, cette prière soit proposée et mise en valeur de manière particulière dans les différentes communautés chrétiennes. L'opportunité d'une telle initiative découle de diverses considérations. La première concerne l'urgence de faire face à une certaine crise de cette prière qui risque d'être à tort amoindrie dans sa valeur et ainsi rarement proposée aux nouvelles générations. D'aucuns pensent que le caractère central de la liturgie, à juste titre souligné par le concile Vatican II, a eu comme conséquence nécessaire une diminution de l'importance du Rosaire. En réalité, comme le précisait Paul VI, cette prière non seulement ne s'oppose pas à la liturgie, mais en constitue un support, puisqu'elle l'introduit bien et s'en fait l'écho, invitant à la vivre avec une plénitude de participation intérieure, afin d'en recueillir les fruits pour la vie quotidienne. D'autres craignent peut-être qu'elle puisse apparaître peu oecuménique en raison de son caractère nettement marial. S'il est redécouvert de manière appropriée, le Rosaire constitue une aide, mais certainement pas un obstacle à l'oecuménisme. [...]

Il est plus que jamais urgent que nos communautés chrétiennes deviennent "d'authentiques écoles de prière". Le Rosaire se situe dans la meilleure et dans la plus pure tradition de la contemplation chrétienne. Développé en occident, il est une prière typiquement méditative et il correspond, en un sens, à la "prière du coeur" ou à la "prière de Jésus". [...] Le Rosaire a été à plusieurs reprises proposé par mes Prédécesseurs et par moi-même, comme prière pour la paix. Au début d'un millénaire qui a commencé avec les scènes horribles le l'attentat du 11 septembre 2001 et qui enregistre chaque jour dans de nombreuses parties du monde de nouvelles situations de sang et de violence, redécouvrir le Rosaire signifie s'immerger dans la contemplation du mystère de Celui "qui est notre paix". [...] Il est urgent de s'engager et de prier pour une autre situation critique de notre époque, celle de la famille, cellule de la société, toujours plus attaquée par des forces destructrices, au niveau idéologique et pratique, qui font craindre pour l'avenir de cette institution fondamentale et irremplaçable, et, avec elle, pour le devenir de la société entière. Le renouveau du Rosaire dans les familles chrétiennes se propose comme une aide efficace pour endiguer les effets dévastateurs de la crise actuelle.

De nombreux signes montrent ce que la Vierge Sainte veut encore réaliser aujourd'hui, précisément à travers cette prière. [...] Au cours du XIXème et du XXème siècles, les diverses circonstances au cours desquelles la Mère du Christ a fait en quelque sorte sentir sa présence et entendre sa voix pour exhorter le Peuple de Dieu à cette forme d'oraison contemplative sont connues. En raison de la nette influence qu'elles conservent dans la vie des chrétiens et à cause de leur reconnaissance importante de la part de l'Eglise, je désire rappeler en particulier les apparitions de Lourdes et de Fatima, dont les sanctuaires respectifs constituent le but de nombreux pèlerins à la recherche de réconfort et d'espérance. Il serait impossible de citer la nuée innombrable de saints qui ont trouvé dans le Rosaire une authentique voie de sanctification. [...]

Extrait de la lettre apostolique "Rosarium Virginis Mariae" du 16 octobre 2002
Osservatore Romano du 22 octobre 2002