Tu as soif ?

   

         Donne-moi à boire
         Tu me demandes à boire
         Toi l’émigré
         Ruisselant de la sueur et de la boue de mon fraternel mépris
         Sortant de ma tranchée qui m’a fait étranger
         Les mains pleines de bitume et de mes amertumes

                  Donne-moi à boire
                  Tu me demandes à boire
                  Toi le vagabond
                  Qui erres dans mon océan de bien-être
                  Où la découverte n’est plus au goût du jour
                  Ta besace pleine de portes fermées
                  Et ta barbe fleurie de regards qui s’éclipsent

                                   Donne-moi à boire
                                   Tu me demandes à boire
                                   Toi l’handicapé
                                   Les mains tordues par mes déficiences chroniques
                                   Le sourire grimaçant de mes grinçantes pitiés
                                   Les yeux perdus dans le vide du refus léprosé

                 Donne- moi à boire
                 Tu me demandes à boire
                 Toi l’enfant
                 Aux yeux innocents de mon âme souillée
                 Les mains ouvertes  de ma consommation en conserve
                 Aux jeux rieurs de ma saturante apathie

                                   Donne-moi à boire
                                   Vous me demandez à boire
                                   Mais où se trouve
                                   Cette source cachée
                                   Ai-je donc la possession d’une eau vive
                                   Que je n’avais jamais partagée
                                   Que j’avais souillée de ma bouche gourmande
                                   Qui es-tu et que me veux-tu
                                   Pourquoi désires-tu cette eau

                 N’est-ce pas cette goutte d’eau et de sang
                 Que tu avais laissée échapper
                 De ton corps meurtri
                 De ton âme souffrante
                 Du bois misérable et pécheur de ta croix

                                   C’était donc toi
                                   L’émigré qui cherchait
                                   Le réconfort et l’amitié au-delà des frontières
                                   C’était donc toi
                                   Le vagabond qui mendiait
                                   Un morceau de pain et de sourire
                                   C’était donc toi
                                   L’handicapé qui attendait
                                   Qu’une main se tende
                                   C’était donc toi
                                   L’enfant qui priait
                                   Un regard d’Amour et de Tendresse  
                     

                  Qu’ai-je donc fait de cette eau
                  Pourquoi es-tu venu boire
                  Et as-tu changé
                  Cette eau jalouse
                  En fontaine publique

                                   Parce qu’en donnant de ton eau
                                   Tu goûtes à celle des autres, à l’AMOUR !

 

                                                                                                  Vincent Gruber 17 ans, élève de  1ère 
                                                                                                       ( Retraite à St. Jean de Bassel)